Près d’une famille sur dix est recomposée

En 2018 en Auvergne Rhône-Alpes, sur 100 familles, 8 sont recomposées. 71 sur 100 restent traditionnelles et 21 sont monoparentales. Les familles recomposées sont les plus grandes avec 2,3 enfants en moyenne. Dans ces familles, au moins un enfant d’une précédente union vit avec d’éventuels demi-frères ou demi-sœurs. Les trois quarts des enfants vivent avec leurs deux parents. Ce sont les enfants des familles traditionnelles et ceux des familles recomposées nés de cette nouvelle union. L’Allier est le département de la région qui compte le plus d’enfants en familles recomposées (13 %). Ils sont, à l’inverse, autour de 9 % dans le Rhône, la Loire et la Haute-Loire.

Source: Auvergne-Rhône-Alpes | Publié le : 14 Jan 2020


Une activité régionale mitigée au troisième trimestre

L’emploi salarié total poursuit sa légère croissance au troisième trimestre en Auvergne-Rhône-Alpes. Le secteur tertiaire augmente peu. L’emploi intérimaire reprend timidement et le secteur marchand est en hausse modérée. L’industrie, après deux ans et demi de croissance, marque un arrêt. L’emploi dans la construction redémarre après un trimestre en recul. Le chômage repart sur une légère hausse ce trimestre. Les créations d’entreprises continuent de battre de nouveaux records. La construction de logements neufs se fragilise. L’été 2019 est particulièrement favorable pour l’hôtellerie.

Source: Auvergne-Rhône-Alpes | Publié le : 13 Jan 2020


Populations municipales : quels changements pour les communes en vue des élections ?

La population en vigueur au 1er janvier 2020 sert de référence pour les prochaines élections municipales qui se tiendront en mars. C’est ce chiffre qui détermine le mode de scrutin ou le nombre d’élus. Il est ainsi très attendu par certaines communes proches des différents seuils. Autre changement législatif édicté par la réforme de 2013, la parité est désormais imposée aux élus des communes de plus de 1 000 habitants. Celle-ci est quasiment respectée puisque, dans la région, 48 % des conseillers municipaux de ces communes sont des femmes.

Source: Auvergne-Rhône-Alpes | Publié le : 9 Jan 2020


Habitat et équipements en Loire et Jeune-Loire, entre équilibre global et déséquilibre local

L’équilibre entre habitat et équipements est un enjeu important d’aménagement du territoire, car il permet de limiter les déplacements quotidiens. Cet objectif d’équilibre géographique s’inscrit dans les articles fondateurs du code de l’urbanisme. En Loire et Jeune-Loire, comme ailleurs dans la région, le temps d’accès aux équipements est très lié à la morphologie du territoire. Dans cette zone, les communes hors influence des pôles urbains sont moins éloignées des équipements que les communes de même type de la région, grâce à une densité de population supérieure. Les populations âgées, moins mobiles, y représentent souvent une part importante de la population alors qu’elles sont éloignées des équipements qui leur sont destinés. Les familles sont plus présentes dans les communes bien dotées en équipements adaptés aux parents. Enfin, les jeunes viennent s’installer à Saint-Étienne, seul pôle d’enseignement supérieur complet du territoire.

Source: Auvergne-Rhône-Alpes | Publié le : 8 Jan 2020


La croissance démographique régionale reste forte

Au 1er janvier 2017, la région Auvergne-Rhône-Alpes compte 7 948 300 habitants. Elle est la deuxième région la plus peuplée de France. Sa croissance démographique connaît un léger ralentissement mais reste soutenue (+ 0,6 % en moyenne par an depuis 2012). Elle se situe ainsi au-dessus de la moyenne nationale. Les disparités départementales persistent. La Haute-Savoie, l’Ain et le Rhône conservent leur dynamisme démographique, à l’inverse du Cantal et de l’Allier dont le déclin démographique se poursuit. Cette évolution démographique profite avant tout aux communes peu denses, dont le rythme de croissance est élevé.

Source: Auvergne-Rhône-Alpes | Publié le : 30 Dec 2019


Bas salaires : près d’un salarié sur cinq

En 2015, 600 000 personnes travaillant en Auvergne-Rhône-Alpes ont perçu un bas salaire, soit moins de 1 140 euros par mois. Elles représentent près d’un salarié sur cinq. Le fait d’être à bas salaire tient principalement à un recours fréquent à des emplois à temps partiel qui se cumule avec des rémunérations horaires faibles. Les femmes et les jeunes sont les plus concernés. La part de personnes à bas salaire est particulièrement élevée en Haute-Loire, dans le Cantal et en Ardèche, en raison de pratiques de temps partiel plus fréquentes.

Source: Auvergne-Rhône-Alpes | Publié le : 19 Dec 2019


Logement social et pauvreté : deux facteurs de mobilité des quartiers politique de la ville

Début 2015, la région Auvergne-Rhône-Alpes compte 140 quartiers prioritaires de la politique de la ville. Les habitants de ces quartiers ont été plus mobiles que ceux vivant dans leur environnement proche entre 2015 et 2016. Les personnes quittant un quartier emménagent majoritairement hors d’un quartier prioritaire. L’implantation du parc social conditionne une grande partie des déménagements vers et depuis ces quartiers. Les situations familiales, et en particulier la monoparentalité, jouent également un rôle important dans ces déménagements. Ces quartiers accueillent des populations fragiles économiquement et laissent partir des ménages plus aisés que ceux qui y vivent déjà. Pour autant, la pauvreté caractérise aussi les sortants. Ainsi, au jeu des migrations résidentielles, la majorité des quartiers s’appauvrissent.

Source: Auvergne-Rhône-Alpes | Publié le : 12 Dec 2019


Des immigrés aux origines plus diverses mais un accès à l’emploi souvent difficile

Les personnes immigrées arrivées en France entre 2010 et 2015 ont des origines plus diversifiées que les immigrés de plus longue date. Toutefois, les trois premières provenances restent l’Algérie, le Maroc et le Portugal. Cette immigration récente se concentre largement dans les grands pôles urbains. Elle est aussi davantage féminisée, plus jeune et plus diplômée. Pour ces nouveaux arrivants, les difficultés d’accès à l’emploi restent nombreuses. Ils sont largement concernés par le chômage, mais aussi par l’emploi précaire ou le temps partiel.

Source: Auvergne-Rhône-Alpes | Publié le : 6 Dec 2019